La fenêtre d’opportunité americaine

CashLab > Marchés Financiers  > La fenêtre d’opportunité americaine
Emissions US EUR

La fenêtre d’opportunité americaine

Un spécialiste des marchés financiers décortique l’actualité boursière. Cette semaine, il nous explique l’impact des politiques monétaires américaines et européennes sur l’économie mondiale et l’accès au financement des corporates.

 

L’évènement du début d’année 2015 dans le segment du refinancement est sans conteste le retour en force des émissions des compagnies américaines dans la zone EURO. En effet, la crise traversée depuis plusieurs années a mis sous pression les bilans bancaires ; en conséquence, les marchés financiers sont désormais le principal support de refinancement des entreprises, l’Europe en particulier …

 

1. Contexte : quelques chiffres sur les émissions de dettes en EUROS émanant de signatures européennes

2008 E5.8bn

2009 E0.6bn

2010 E2.2bn

2011 E0.3bn

2012 E1.2bn

2013 E3.5bn

2014 E5.6bn

2015 « Year To Date » : 3 émissions principales COCA COLA (E8.5bn), MONDELEZ INTERNATIONAL (E2.0bn), AT&T (E2.5bn) soit E13.0bn YTD …

COCA COLA arrive sans conteste comme l’émission N°1 en «Eurobond non-financial issue » depuis le début de l’année (devant TOTAL), MONDELEZ INTERNATIONAL N°7, AT&T N°8

 

2. Pourquoi les entreprises américaines estiment qu’il s’agit d’une fenêtre d’opportunité ?

 

Il est évident qu’une entreprise « internationale » a tout à gagner à émettre en différentes devises (COCA COLA, MONDELEZ) afin de « matcher » actif et passif. Le cas d’AT&T souligne néanmoins l’opportunisme de certains groupes.

Mais, la principale raison réside dans le coût de financement qui est désormais nettement favorable à la zone Euro vs Etats-Unis. Actuellement, on estime qu’il coûte deux fois moins cher pour une entreprise américaine « investment grade » d’émettre en Euro que sur son marché domestique. Les conditions de financement sont inédites depuis les 50 dernières années …

 

3. Exemples:

     3.1 MONDELEZ

 

–        3 tranches à son émission de E2.0bn:

E500m à 7Y, Coupon 1.00%, « yield to maturity» 1.032% (benchmark+102bp)

E750m à 12Y, Coupon 1.625%, « yield to maturity» 1.724% (benchmark+140bp)

E750m à 20Y, Coupon 2.375%, « yield to maturity» 2.415% (benchmark+161bp

 

–        Dans le même temps, MONDELEZ annonce un programme de rachat de $2.0bn de dettes « cash tender » sur les titres suivants (par ordre de priorité):

 

$1678m, due 2040, Coupon 6.5%

$579m, due 2031, Coupon 6.5%

$1383m, due 2020, Coupon 5.375%

$171m, due 2037, Coupon 7.0%

$328m, due 2038, Coupon 6.875%

… le programme couvre 10 « bonds »

Le « bottom line » (Earnings Per Share) du P&L de MONDELEZ en 2016 (année pleine) bénéficiera pleinement de la baisse de la ligne « net financial expenses ».

Au-delà du refinancement favorable, il s’agit aussi d’un financement très attractif pour le M&A ou le « shareholder return » que ce soit via le financement du dividende ou d’un programme de « shares buy-back » …

 

     3.2 Un autre exemple est éloquent : comparons comment sont traités les « bonds » IBM à maturité identique (2025) en EUR et en USD

Tableau 1

Tableau 2

 

On obtient un « spread » de 212 bp

4. Pourquoi une telle situation ?

Les politiques monétaires des banques centrales des deux zones (FED et BCE) vont désormais dans des sens contraires. La FED met fin à son programme de « Quantitative Easing » alors que la BCE le met en place effectivement dès le 9 mars 2015. Les principales conséquences sont :

–        des taux tirés vers le bas en zone Euro et vers le haut aux Etats-Unis,

–        une appréciation massive de l’USD face à l’EUR, le tout avec une explication économique claire : l’Europe reste une zone économique en plein marasme alors que les Etats-Unis sont redevenus une zone « booming » de plein emploi (taux de chômage en février 5.5% !).

 

Tableau 3

Tableau 4

 

La fenêtre d’opportunité restera ouverte longtemps, aussi longtemps que les chiffres économiques américains justifieront la fin proche de leur politique de taux bas.

 

 

Cet article a été rédigé par Stephane Ravel, Gérant Equities chez Le Conservateur