« Nous passons d’un « carry trade » en USD à un « carry trade » en EUR »

CashLab > Marchés Financiers  > « Nous passons d’un « carry trade » en USD à un « carry trade » en EUR »
EUR DOL

« Nous passons d’un « carry trade » en USD à un « carry trade » en EUR »

Dans le sillage du thème du billet « Marchés Financiers » de la semaine dernière, le refinancement en EURO via des « euro-denominated debt » continue, la zone attirant toutes les « corporates » mondiales. « Dealogic » nous donne désormais le montant des émissions « year to date » des entreprises chinoises : $2.9bn contre $3.3bn pour l’ensemble de l’année 2014 … Citons des signatures comme FOSUN ou STATE GRID ayant des activités en Europe (activités acquises dans le cadre de leur diversification des actifs en EURO).

Il est désormais clair que le monde du financement a changé, nous passons d’un « carry trade » en USD à un « carry trade » en EUR.

L’autre thème lié au refinancement et qui constitue un grand changement de paradigme, peut-être même le plus important depuis l’après-guerre est le niveau absolu des taux d’intérêt. Nous vivons aujourd’hui dans un monde où l’épargne est rémunérée à zéro, une révolution pour nos pays développés dans lesquels la population, vieillissante, a épargné pendant des décennies et comprendra mal que son épargne ne rapporte rien. A quand une épargne avec une rémunération négative !? C’est le cas aujourd’hui en Suisse à 10 ans. Le « deposit rate » suisse est à -0.75% … et il est amené à baisser encore afin de limiter la hausse du CHF.

 

Tableau MF 6-04 1

 

Deux autres banques centrales ont passé leur principal taux directeur en territoire négatif, le Danemark à -0.75% et récemment la Riksbank (Suède) à -0.25% avec un engagement jusqu’au H216, ce dernier ayant une portée nouvelle car la Risbank a justifié le mouvement par la déflation qui menace les équilibres économiques du pays. Une déflation qui l’a aussi poussée à pratiquer du « Quantitative Easing » (rachat de « government bonds » pour SEK30bn soit 0.9% du PIB). Son mandat retient une inflation à 2%.

 

Tableau MF 6-04 2

 

Une conclusion vient à l’esprit, les déséquilibres macroéconomiques pourraient entrainer un déséquilibre généralisé de l’épargne et avoir des conséquences sur le financement des acteurs économiques. Les entreprises en première ligne.

 

Cet article a été rédigé par Stephane Ravel, Gérant Equities chez Le Conservateur