Depuis le début de l’année 2022, le mot stagflation est sur toutes les lèvres. Il laisserait même présager un climat d’incertitude chez les directions financières. Pourquoi ?
Dans cet article, nous allons décrypter le phénomène de stagflation et ses conséquences pour les entreprises françaises.

Le phénomène de stagflation

Avant toute chose, il est nécessaire de définir le terme stagflation pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de ce phénomène.
    

Définition

Qu’est-ce que la stagflation ? Contraction de « stagnation » et « inflation », ce terme est apparu dans les années 70. Il désigne une situation caractérisée par la stagnation de l’activité économique, accompagnée d’une inflation.
En d’autres termes, la stagnation correspond à une croissance économique faible, voire nulle. Quant à l’inflation, elle se traduit par l’augmentation durable des prix, et ainsi, la perte du pouvoir d’achat.
   

Mise en contexte

La question qui fait débat : sommes-nous dans une période de stagflation ? Avant de répondre à cette question, nous allons retracer le contexte si particulier de ces dernières années.

Après deux années de crise, nous subissons toujours les conséquences de la pandémie mondiale. Entre les confinements, les rallongements des délais de paiements et de livraisons, les endettements auprès de l’Etat… Les entreprises ont connu de nombreuses difficultés qui sont, pour certaines, toujours d’actualité aujourd’hui.

À cela s’ajoute la guerre en Ukraine, cause de l’incertitude qui plane sur l’Europe depuis le début de l’année. L’envolée du prix de l’énergie, mais aussi des denrées alimentaires en sont les conséquences désastreuses. Si vous souhaitez creuser le sujet, on en parle juste ici.

 

Quelles conséquences pour les entreprises ?

Nous avons défini le terme de stagflation et établi le contexte dans lequel il est utilisé. Mais quelle est la situation économique actuelle de la France ? Pouvons-nous parler de stagflation ?

  

Les chiffres en 2022

En mai, l’INSEE annonçait une augmentation des prix à la consommation de 0,7% sur un mois, et de 5,2% sur un an. Soit une hausse significative qui se fait de plus en plus ressentir, particulièrement dans les prix de l’énergie et des denrées alimentaires.

Alors que les prix s’envolent, la croissance économique en France était de 0% au premier trimestre 2022.

Pour le deuxième trimestre, l’INSEE et la Banque de France prévoient une croissance de 0,2 à 0,25% en France. Si le statu quo perdure, le risque de stagflation pourrait se concrétiser. Et ce, à l’échelle mondiale.

En témoignent les révisions à la baisse des prévisions de croissance mondiale pour 2022 de la Banque mondiale. Dans son dernier rapport datant du 7 juin, l’institut a annoncé la baisse de 1,2 point de pourcentage de la croissance mondiale en 2022, atteignant 2,9%.

David Malpass, Président de la Banque mondiale explique que « Même si une récession mondiale est évitée, les affres de la stagflation pourraient persister pendant plusieurs années ».

→ Il va donc falloir suivre de près ces chiffres dans les prochains mois.

 

Une vigilance accrue des directions financières

Comment les entreprises peuvent-elles faire face à cette situation ?

Avec la hausse du prix des matières premières, les entreprises voient leurs coûts de production grimper, les obligeant à augmenter leurs prix. Les directions financières vont ainsi devoir jouer un rôle stratégique dans ce contexte tendu. Elles vont devoir être encore plus vigilantes dans le pilotage de leur trésorerie. Ce qui inclut une meilleure prévision et suivi de trésorerie pour mieux anticiper les pertes de Cash.

Pour cela, les financiers vont devoir se faire aider d’outils pour automatiser le pilotage de leur trésorerie. Cashlab propose un logiciel de gestion de trésorerie complet pour répondre aux besoins des entreprises. Pour en savoir plus, consultez notre site.

 

Conclusion

Même si aujourd’hui la situation est préoccupante, il est encore trop tôt pour parler de stagflation. Lors de l’apparition de ce phénomène dans les années 1970, la situation était bien différente.

David Malpass le confirme, « Si la situation actuelle présente des similitudes avec celle de l’époque, elle offre aussi des différences importantes, parmi lesquelles la vigueur du dollar américain et des prix pétroliers relativement plus faibles, ainsi que des bilans globalement plus solides des grandes institutions financières ».

En attendant de voir la direction que prendra cette situation, les financiers doivent faire preuve de vigilance dans la gestion de leur Cash.

 

Article rédigé par Eléonore Berne, le 21/06/2022.

Lire aussi..